Rennes : peut-on planter un arbre fruitier dans un jardin de ville ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Quand on est en ville et qu’on a un petit jardin sur Rennes, on peut avoir envie de cultiver quelques petits fruits. Il faut dire qu’ils sont délicieusement sucrés, parfumés et juteux quand ils sont tout juste que cueillis de l’arbre. Pouvez-vous planter des arbres fruitiers en lotissement ou en milieu urbain ? Quels sont les formes à privilégier ? Quelles espèces sont préférables sur le bassin rennais ?

Planter des arbres en ville : un cadre légal bien défini

Si vous habitez en milieu urbain ou dans un lotissement, vous avez la possibilité de planter un ou plusieurs arbres selon la taille de votre jardin. Toutefois, en la matière, vous vous devez de respecter certaines règles, notamment pour éviter que cela ne gêne vos voisins.

Ainsi, sauf dispositions locales particulières,vous avez obligation de respecter une certaine distance entre votre limite de propriété et les végétaux que vous plantez. En l’occurrence, c’est valable pour toutes les plantes, et donc pour les arbres fruitiers. Les distances à respecter sont de :

  • 50 cm au minimum dès lors que votre plante à l’âge adulte ne dépasse pas 2 m de hauteur ;
  • au moins 2 m de distance dès lors que sa hauteur à l’âge adulte sera supérieure à 2 m.

Le législateur est très strict concernant ces dispositions. Il est donc impératif de les respecter. Ainsi, vous devez faire attention à ce qu’aucune branche ne dépasse dans le terrain du voisin. Si ce dernier n’a pas le droit de tailler ce qui dépasse chez lui, en revanche, il peut vous y contraindre. Mieux vaut prendre les devants et tailler régulièrement vos végétaux pour éviter les ennuis et préserver de bons rapports avec vos voisins.

Comment choisir ses arbres fruitiers en fonction de votre jardin ?

Dès lors que votre jardin fait au moins 250 mètres carrés, vous avez la possibilité de planter un ou plusieurs arbres fruitiers du type abricotier ou cerisier. Toutefois, votre surface étant relativement restreinte, il est préférable de choisir judicieusement la forme de votre arbre.

En effet, si vous vous rendez au jardinerie, vous pourrez constater que la majorité des fruitiers qui sont proposés sont d’une taille bien plus petite que celle d’un arbre classique. Ceux-ci ont en effet été greffés à différentes hauteurs, donnant ce que l’on nomme, différentes formes :

  • le gobelet : la greffe a été réalisée à une très faible hauteur. Le tronc n’excède généralement pas 50 à 60 cm ;
  • le quart de tige : cette fois, la hauteur du tronc est supérieure puisqu’elle est comprise entre 60 cm et 80 cm ;
  • la demi tige : le point de greffe est à 1,20 mètre minimum, mais en deçà de 1,50 mètre ;
  • la haute tige : les premières branches sont situées à plus de 1,70 mètre de hauteur. Il s’agit donc d’un arbre de forme naturelle. Celui-ci peut toutefois avoir été greffé volontairement à cette hauteur, notamment pour reproduire fidèlement l’espèce désirée.

Vous l’aurez compris, dans un lotissement ou en ville, il est préférable d’opter pour un gobelet, voire pour un quart de tige. Ainsi, même sur une surface réduite, vous pouvez facilement planter un ou deux pommiers ou poiriers par exemple.

De manière plus générale, aujourd’hui,dans la majorité des jardins, ce sont généralement les quarts de tige ou les gobelets qui sont privilégiés. En effet, la récolte est grandement facilitée car il est nul besoin de monter sur une échelle ou un escabeau pour attraper une poignée de cerises ou quelques abricots bien mûrs. Tous les fruits sont à portée de main.

Cerises, poires, abricots, prunes, quelles variétés privilégier ?

Une fois que vous avez défini l’emplacement et le nombre de vos futurs arbres fruitiers, ce n’est plus qu’une affaire de goût. Sur Rennes et sa région, vous pourrez bien évidemment mettre en terre des poiriers, des pommiers, des pruniers ou encore des cerisiers. Le climat tempéré de la région se prête tout à fait à ça. De manière générale, il faut éviter les espaces venteux pour tout ce qui est des abricots, brugnons et pêches. Ces fruits préfèrent d’ailleurs une exposition contre un mur qui renverra la chaleur en plein été.

Concernant le choix de la variété, il vaut mieux privilégier celles qui sont locales. Certaines sont peu courantes comme les cerises jaunes qui sont souvent appelées trompe geai. En effet, si celles-ci sont tout aussi savoureuses que des Napoléon par exemple, en revanche leur couleur reste jaune. De fait, elles ne seront pas les premières à être picorées par les oiseaux qui pensent qu’elles ne sont pas mures.

Exemples de variétés anciennes adaptées en Bretagne :

  • prunier : Quetsche d’Alsace, Opal, Reine Claude de Bavay, Belle de Louvain, Mirabelle, Belle de Nancy ;
  • cognassier : géant de Vranja ;
  • poirier : Williams, Beurré Hardy, Docteur Jules Guyot, Nashi, Doyenné du Comice, Concorde, Conférence ;
  • abricotier : Bergeron, Précoce de Saumur, Amsden ;
  • pommier : Gala, Belle de Boskoop, Ecolette, Idared, Elstar, Jonagold, Granny Smith, Reinette Clochard, Reinette Clochard, Reinette Grise du Canada, Reine des Reinettes ;
  • cerisier : Burlat, Bigarreau, Coeur de Pigeon, Napoléon ;
  • pêcher : sanguine de Savoie, Bénédicte, plat à chair blanche, de vigne Blanche.

Enfin, quelle que soit la plante que vous voulez mettre en terre, assurez-vous bien qu’elle soit toujours résistante aux maladies. En effet, certaines variétés modernes produisent davantage, mais sont aussi plus souvent sensibles à l’oïdium ou au mildiou par exemple.

Partager.
Show Buttons
Hide Buttons
et, risus. ut libero. lectus non libero